En quelques mots et quelques images,
ce qu'il faut savoir sur les renouées du Japon.
accueil et actus
— survol du site
conseils
généralités
rivières envahies
identification
dynamique invasive
stratégie de lutte
arrachage précoce
cartes(bassin RMC)
impacts
autres invasives
quiz
bibliographie
autres sites




Noms et origine.
Les Renouées du Japon sont des plantes invasives .

Ce sont des herbacées, vivaces, originaires d'Asie et introduites en Europe il y a plus de 150 ans.


(C'est un médecin bavarois, Von Siebold, employé par une compagnie hollandaise au Japon, qui a rapporté Fallopia japonica en Europe avec plusieurs milliers d'autres plantes.)


Le nom latin des renouées du Japon est composé du genre Fallopia, suivi du nom d'espèce japonica, sachalinense ou x bohemica (les hybrides).
Reproduction sexuée.
Les renouées du Japon produisent des fleurs en fin d'été.

La plupart des graines issues de ces fleurs ne sont pas viables.

Toutefois certains massifs produisent des graines viables, qui peuvent germer et donner de nouvelles plantes.
Reproduction végétative.
L'organe le plus remarquable des renouées est le RHIZOME, une tige souterraine, qui sert de réserve et pour la reproduction.

C'est la dissémination des rhizomes, qui explique pourquoi on retrouve des renouées ici ou là.

Les rhizomes restent vivants toute l'année et ne craignent ni le gel, ni la sécheresse ou l'engorgement des sols.

La plante peut également très facilement se reproduire à partir de tiges coupées (si celles-ci n'ont pas séché).

Les tiges ne sont vivantes qu'au printemps et en été.
Impacts écologiques.
Les renouées du Japon sont des géantes et mangent en conséquence, ne laissant plus rien dans les sols pour les autres plantes, ni soleil.

Sous cette énorme masse végétale, c'est donc un peu le "désert" en réalité. Les autres plantes disparaissent : les herbacées ne peuvent plus se développer, et au bord des cours d'eau, les arbres morts (ou coupés) des forêts riveraines ne sont plus remplacés par de jeunes pousses.

Les insectes sont également moins nombreux (baisse de 60 à 45%) et les grenouilles s'en vont.

Les abeilles aiment bien butiner les renouées, car elles fleurissent tardivement en fin d'été. Mais il est probable que les renouées soient de peu d'intérêt pour la plupart des insectes se nourrissant de nectar, car celui-ci arrive trop tardivement en saison pour le développement des larves.
Comment protéger les rivières ?
Pour définir un programme de lutte, une cartographie précise des renouées est indispensable. Elle est souvent réalisé en suivant les rivières à pied.

Ensuite une stratégie de lutte est mise au point avec les acteurs locaux.

On définit les objectifs recherchés et les actions à développer.

Dans le plupart des cas, on cherche à détruire complètement les foyers de contamination si ceux ne sont pas très développés, ou dans le cas contraire, à confiner les renouées sur des tronçons de rivière en les empêchant de se disperser ailleurs.

Pour être efficace, il faut être VIGILANT, RIGOUREUX et agir très VITE, avec des moyens adaptés et souvent discrêts.




Sommaire du site